15 avril 2006

Varkala

Varkala n'est que plaisirs d'enfant...

Varkala, c'est regarder ahurie les cocotiers ressortir de la nuit en gigantesques ombres chinoises pendant l'orage, voir danser des deesses endiablees aux robes bleues, jaunes et grises au dessus de l'ocean, et de temps a autres se faire foudroyer par un eclair qui dechire le ciel et se pose sur les vagues quelques secondes avant de disparaitre dans le noir, ne pas detacher ses yeux de la mer et du ciel qui clignotent sous des trombes d'eau, avec en bande sonore quelqu'un de tres maladroit qui demenage quelque part la haut. "It's like monsoon", que disait le monsieur.

Varkala, c'est des vagues plus dignes de ce nom que celles que l'on trouve a Goa, dans lesquelles on se jette inlassablement en sachant pertinement qu'on va ressortir titubante, recrachant la moitie de la mer, en moitie de mailot de bain et avec un sourire d'abrutie pose sur les levres quelques metres plus loin.

Varkala, c'est des boules de soleil couleur stabilo, celui qui n'est pas vraiment rose, pas vraiment orange, que l'on regarde du haut de la falaise lutter contre les nuages pour se poser tout au bout de la mer, la ou on a plus pieds, et vaut mieux sinon les requins les mangeraient.

J'aime bien Varkala...

Posté par beuug des idoles à 18:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Varkala

Nouveau commentaire