10 avril 2006

La loose (Pour Adrien)

Quand on parle du loup, il sort du trou...

Pour ma deuxieme nuit de suite dans le train (Apres Hampi-Bangalore, Bangalore-Kochi), je me suis rendue compte apres avoir consulte la liste des noms sur tous les wagons de sleeper que j'etais en waiting list. 253. Il aurait fallu que quelques bus explosent sur le chemin de la gare pour que j'ai une chance d'avoir une place. Malheureusement, les terroristes, c'est comme les flics, sont jamais la quand on a besoin d'eux.

Apres avoir fouille dans ses liasses de papier le controleur m'annonce que je suis not-confirmed. Tu m'etonnes. Loin de me decourager voire meme pleine d'entrain, j'en essaie un autre, sait-on jamais, l'espoir fait vivre... enfin toutes ces formules a la con, quoi. En vain. Pour mieux enfoncer le couteau dans le trou celui-la va meme jusqu'a noter N/C sur mon billet. C'est malin, je pourrai meme plus le trafiquer maintenant.

Il m'envoie donc au compartiment general ou je me rends comme une fleur de printemps (j'etais de tres bonne humeur hier, j'ai passe une journee tres agreable et reposante chez florence et denis, dans une vraie maison) et la tout de meme, je dechante. Trois wagons avec 18 personnes sur des banquettes de trois et le meme nombre au metre carre dans les allees. Glups, fis-je, no ways, ajoutais-je en francais.

Et n'allez pas croire que je fis ma difficile, un camarade indien dans une situtation similaire a la mienne refusa egalement cette option.

Retour au sleepers, coinces entre la porte, le lavabo, les gens qui passent et l'odeur des chiottes, un nouveau controleur verifie mon billet, sait-on jamais, l'espoir mon cul... Not a chance me dit-il en me le rendant. N/C. Sa chatte, me dis-je en pensant aux 13 heures a venir.

En gros, je vais pas non plus m'etaler en plaintes langoureuses, j'ai passe quelques heures assise par terre a boire du wisky avec mon nouvel ami, quelques autres a errer dans les couloirs endormis, sait-on jamais, l'espoir sa race... pour finir allongee par terre entre deux couchettes. Sachant que pendant que j'hantais les wagons, j'eus la joie d'apercevoir des petites souris courant gaiement sur entre les sacs. Je tente donc de penser positif afin de dormir quelques heures, cherche une image de souris gentille... Pas Mickey, il a une voix insupportable... Les souris de Cendrillon, tiens. Petites souris, promis, demain je me brosse les cheveux en chantant avec les oiseaux mais par priere laissez moi dormir.

Enfin, pour finir en beaute, je rajouterai que, qui plus est, je me suis fait niquer par cette suceuse de lepreux de madame d'agence de voyage qui m'a vendu des billets sleeper alors qu'on est suppose payer le complement que si l'on est confirmes, au controleur. Apres sept mois ici, si je peux me permettre, la honte.

Posté par beuug des idoles à 14:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur La loose (Pour Adrien)

Nouveau commentaire